Apiculture et DIY Environnement et société

Comment devenir apiculteur urbain ?

L’apiculture urbaine, quesako ?

«En milieu rural, les abeilles sont fragilisées par l’appauvrissement de la flore liée à l’agriculture et à l’usage des pesticides», commente Isabelle Dajoz, professeur d’écologie à l’université Paris-Diderot. «C’est donc en fait assez logique, bien que triste, que les villes deviennent un lieu de refuge.» (source : Le Figaro).

L’apiculture urbaine bien que phénomène encore nouveau, se démocratise ces dernières années avec la ​végétalisation grandissante des espaces urbains et devient de plus en plus demandée et pratiquée.
Les quelques degrés de plus qu’offre la ville ainsi que l’absence (pas encore totale) de pesticides chimiques dans les jardins publics sont autant d’atouts indéniables pour permettre aux abeilles d’évoluer plus sereinement en milieu urbain que dans la campagne telle qu’elle est aujourd’hui.

Alors, on se lance ?

Que ce soit en ville ou à la campagne, il est important de rappeler que se lancer dans l’apiculture avec l’objectif d’installer ses propres ruches est un vrai projet. Il vous demandera du temps et des moyens financiers. Interrogez-vous donc sur votre motivation et sur le temps que vous pourrez et/ou voulez y consacrer.

Si vous n’avez pas de jardin mais que vous voulez absolument installer vos ruches, n’hésitez pas à aller toquer à la porte de la Mairie de votre ville. Elles ont souvent de nombreux espaces verts ou des toits à mettre à disposition pour ce genre de projet. (A ce sujet, on aura bientôt une chouette plateforme de mise en relation à vous proposer, restez à l’écoute)…

Première étape : petit point théorie

Avant de vous lancer, il est indispensable de vous former. Partir à l’aventure tout seul avec ses ruches serait bien risqué pour les abeilles, mais aussi pour vous !
Commencez par acheter quelques livres sur l’apiculture classique et/ou spécifiquement l’apiculture urbaine.

  • Une ruche en ville : C’est possible ! de Gaelle Broissia et Clément Desodt, aux Editions Rustica, 2017
  • L’apiculture naturelle pour les débutants de Diane Jos et Olivier Duprez, Editions Eugen Ulmer, 2017
  • L’apiculture mois par mois de Jean Riondet, Editions Eugen Ulmer, 2018

Lire vous permettra d’acquérir les bases théoriques de l’apiculture.​ N’allez pas trop vite, laisser vous le temps d’infuser de toutes ces nouvelles connaissances, de découvrir et de vous questionner.

Deuxième étape : ensuite, la mise en application

Viendra ensuite naturellement la question de la pratique. Nous vous recommandons fortement en parallèle de votre apprentissage théorique de suivre une formation. De nombreuses structures, associatives ou privées proposent des formations pour débutant ou plus poussée, si vous avez le projet de faire de l’apiculture un métier à temps plein.Vous en trouverez dans toutes les grandes villes de l’hexagone (voir même dans les petites !).

Elles peuvent être courtes : d’une à deux journées pour la découverte, ou plus complètes : sur 1 saison apicole, ce qui vous permettra de vous perfectionner. (Certaines formations peuvent même s’étaler sur 2 saisons apicoles, comme nous le proposons avec l’Ecole Happyculteur). 
​Notre conseil, vous y prendre trèèès à l’avance car les promotions d’apiculteurs en herbe se remplissent vite !  

Autre option à ne pas négliger, celle de vous faire accompagner par un apiculteur expérimenté ! Questionnez votre entourage, faites quelques recherches sur internet ou encore allez discuter avec les apiculteurs que vous pourriez croiser sur le marché.
L’idée est de trouver l’apiculteur ou l’apicultrice partant.e pour vous aider dans votre projet (et de vous transmettre tout son savoir). Il n’y a rien de mieux pour apprendre que de pratiquer aux côtés de professionnels passionnés… et passionnants.

Troisième étape : le bon timing

Désormais vous vous demandez sûrement à quel moment débuter dans cette pratique ?
Et bien sachez que pouvez dès la fin de la lecture de cet article vous lancer dans l’apiculture. Il n’y a pas de date pour commencer à apprendre la théorie.
En revanche pour installer vos ruches, nous vous recommandons de le faire à la sortie de l’hiver, le mois de mars est idéal.
Le printemps pointe le bout de son nez, les températures remontent, les fleurs et les arbres commenceront bientôt leur floraison. C’est la période propice pour installer confortablement vos nouveaux locataires.

Quatrième étape : s’assurer que tout est en règle

Mais attention ! Avant la mise en place de vos ruches dans votre jardin ou autre lieu, plusieurs critères sont à étudier et à respecter.

  • Se renseigner sur la réglementation de votre ville,
  • bien choisir l’emplacement pour vos ruches,
  • prévenir ses voisins…

Notre conseil est de faire valider l’emplacement que vous aurez choisi par un apiculteur expérimenté.

Dernière étape : prévoir le budget

 Pour ce qui est du coût d’un projet d’installation de ruches, prévoyez large.
Un essaim vous coûtera entre 150 et 180€. Ils sont à réserver bien en amont de votre installation. Commencer vos recherches auprès des apiculteurs de votre ville vers octobre-novembre.
Une ruche en fonction du modèle vous coûtera entre 80 et 150€.
Pour le reste du matériel, compter un budget aux environs de 150€ (hors achat de l’extracteur de miel).
Pour cette opération, vous pourrez trouver une miellerie collaborative qui vous mettra à disposition le matériel nécessaire. C’est l’option qui vous sera la moins coûteuse et la moins encombrante.

Voilà, vous avez désormais toutes les clés pour savoir comment devenir un apiculteur urbain.

Bonne chance  💛!

Psssst : les inscriptions pour l’Ecole Happyculteur commenceront bientôt !
Contactez-nous pour vous inscrire sur la liste d’attente 👇

JE REJOINS L’ECOLE !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *