HAPPYCULTEUR

Apiculture et DIY Comprendre le monde des abeilles

Nourrir les abeilles en hiver : pourquoi et comment ?

Le nourrissement des abeilles en période hivernale : un indispensable à la survie de la ruche

Ça y est, nous y sommes, l’hiver a bel et bien débuté. La nature est en veille, elle attend les beaux jours. Les apports en nourriture se font plus rares et les températures sont si froides que les abeilles ne résisteraient pas à une sortie. Mais alors, comment font-elles pour survivre ? Nos petites amies mettent en place des stratégies d’adaptation au climat hivernal. Les sauvages dites « solitaires » hibernent : repli dans un abri, baisse de la température corporelle, ralentissement du rythme cardiaque. Ainsi, elles réduisent considérablement leurs dépenses énergétiques et leur besoin de se sustenter pour traverser la saison froide. La tactique des abeilles de ruche ou domestiques est différente. Elles hivernent. Elles adoptent, au sein de leur habitat, une formation groupée et solidaire pour maintenir une chaleur suffisante à leur survie. Toutefois, la question de leur alimentation subsiste. Comment s’alimentent-elles ? Faut-il nourrir les abeilles en hiver ? Dans cet article, on vous dit tout sur le nourrissement des abeilles en période hivernale. Immersion au cœur de la ruche !

Pourquoi nourrir les abeilles en hiver ?

Que se passe-t-il dans la ruche en saison hivernale ?

Les abeilles domestiques s’affairent. Elles ont préparé l’arrivée du froid, en amont et avec l’aide de l’apiculteur, afin de conserver une température maximale au sein de la ruche. Les butineuses l’isolent du froid, de l’humidité et des parasites en colmatant les brèches avec de la propolis. 

Par ailleurs, une couvée d’abeilles d’hiver aura vu le jour. C’est grâce à leur travail que la ruche conservera un climat propice à leur pérennité jusqu’au printemps. Ces ouvrières vont se réunir autour de la reine formant une grappe et battre des ailes afin de produire de la chaleur. Les abeilles situées à l’extérieur de la grappe seront relayées par celles du centre et inversement. Rien n’est laissé au hasard pour sauvegarder la ruche. Un plan savamment orchestré ! 

De quoi ont besoin les abeilles l’hiver ?

Ce que peuvent craindre les abeilles durant la saison hivernale, c’est mourir de faim plutôt que de froid. En effet, le regroupement de l’essaim au cœur de la ruche procure la chaleur nécessaire à la survie de la colonie. Pour fournir cet effort et combler cette dépense énergétique, les abeilles doivent s’alimenter. Or, c’est précisément ce qui peut faire défaut en cette période. Les abeilles ne sortent pas se nourrir en dessous de 11 °C, il fait trop froid pour quitter l’abri. Elles ne mettent le nez dehors qu’en cas de redoux pour effectuer un vol de propreté. 

Les abeilles se rassasient donc du miel laissé dans la ruche. Il doit être en quantité suffisante pour permettre à l’essaim de tenir jusqu’au renouveau printanier. Dans le cas contraire, l’apiculteur devra compléter les réserves de miel avec une nourriture spécifique. On parle alors de nourrissement. 

Comment procéder au nourrissement des abeilles en période hivernale ?

Quelle alimentation choisir ?

Il existe deux grands types de nourrissage : le sirop de sucre et le candi. Le sirop n’est pas recommandé à cette période, car en dessous de 7 °C, il est trop froid pour que les abeilles puissent le consommer. Pour terminer la saison hivernale et compléter les réserves alimentaires des abeilles, seul le candi est le nourrissement qu’il convient de privilégier. Il s’agit d’un pain de sucre, composé d’eau, de saccharose et parfois d’une petite quantité de miel pour en faciliter la prise par les abeilles. Moins riche que ce dernier, il peut être enrichi par l’ajout de pollen. Le candi est souple ou dur. Il ne doit cependant pas être trop mou, car avec la chaleur de la ruche, il fond et les abeilles peuvent s’y engluer. Nombreux sont les apiculteurs expérimentés qui conseillent de réaliser le candi soi-même. Bien que la recette ne soit pas très complexe, il faut être précis et avoir le matériel adéquat.

Où placer le nourrissement ?

À partir de la fin janvier, début février, le sachet de candi, ouvert par un petit trou sous le pain, voire coupé en deux, peut être placé sur la tête des cadres. Il peut également être disposé dans une hausse vide, sous le toit. Un plateau de nourrissement appelé « couvre-cadre » permettra de déposer un pain de candi ouvert, notamment au niveau du trou nourrisseur afin que les abeilles puissent s’approvisionner. Spécialement étudié pour permettre l’entrée et la sortie des abeilles, cet accessoire limite la déperdition de chaleur et maintient la ruche bien isolée. 

Le nourrissement ne doit pas être systématique. Il est requis uniquement si l’apiculteur estime, après surveillance, que les réserves alimentaires au sein de la ruche sont insuffisantes. Ainsi, la mortalité des abeilles pourra être limitée et la ruche pourra survivre à l’hiver. Et parce que l’hiver ça n’est pas dur que pour les abeilles, boostez votre santé et renforcez votre système immunitaire à l’aide des produits de la ruche !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.