Comprendre le monde des abeilles

Comment aider les abeilles, même en confinement ?

Dans ce contexte pas toujours optimiste, on aurait presque oublié de célébrer une bonne nouvelle… l’arrivée du printemps. Et avec lui, les bourgeons, le soleil (durable, on l’espère) et l’heure de sortir butiner pour nos abeilles 🐝.  

Alors en attendant de pouvoir ressortir pour profiter des parcs, des pique-niques, des apéros au soleil (j’arrête, on se fait trop de mal)… l’équipe Happyculteur vous a concocté quelques actions à mener confiné depuis son canapé pour aider les abeilles (car elles non plus, il ne faudrait pas les oublier) 😊

On commence ? 

Action n°1 : calculer son impact sur l’environnement  🌍

On a imaginé des questions pas du tout scientifiques mais plutôt sympathiques, pour calculer ton impact au quotidien sur l’environnement !

L’idée ? Te proposer des actions à tester, voire à adopter dans ta vie de tous les jours. Et si le confinement devenait une occasion de changer quelques habitudes ?

PASSE LE TEST !

Action n°2 : planter pour les abeilles 🌸​

Pour se nourrir et constituer leurs réserves pour l’hiver, les abeilles, papillons et autres pollinisateurs récoltent du nectar : substance sucrée que l’on retrouve au cœur des fleurs et plantes dites mellifères (toutes ne le sont pas). Le hic ? En ville (surtout) comme à la campagne (parfois), les pollinisateurs peuvent manquer de ces fleurs, ressources pourtant indispensables à leur survie. « Houston, on a un problème ! »

Heureusement, on peut AGIR et PLANTER ! 
Sur nos balcons, bords de fenêtres, dans notre cour, jardin ou terrasse, plantons, plantons, plantons des espèces mellifères qui aideront les abeilles (et autres pollinisateurs) à se nourrir.

En avril, on peut commencer par planter : bourrache, trèfle blanc, aster, soucis, bleuet, cosmos, camomille, sauge des prés, thym, lavande, menthe, origan, etc… 

D’AUTRES FLEURS À PLANTER ?

Pssssst, on vous réserve une surprise en cliquant sur les liens des fleurs ci-dessus !
(Toutes les graines sont dispos sur SemailleKokopelli ou La Ferme de Marthe en bio et en livraison chez vous)

​Et pour les plus motivés, on passe au niveau 2 :

  • Inviter la petite faune ! (une idée de La Mairie de Montigny) “Une friche, une prairie fleurie, quelques arbres, arbustes ou végétaux avec des fleurs et des fruits représentent un jardin agréable et intéressant pour la petite faune (insectes, oiseaux, petits rongeurs). Ces gestes peuvent être complétés par la mise en place de nichoirs ou abris pour ces animaux. Plus un jardin ressemble à un écosystème naturel et plus il a de capacités à se défendre contre les aléas climatiques et les ravageurs.”

Adopter un nichoir à abeilles sauvages avec Les Dorloteurs d’abeilles ! Aussi importantes que leurs consoeurs abeilles domestiques, les abeilles sauvages sont des championnes de la pollinisation et ont la particularité de ne pas piquer. Qu’attendez-vous pour les inviter sur votre balcon ?

Action n°3 : apprendre le rôle des abeilles  🐝

Les abeilles ont besoin des fleurs pour se nourrir et faire du miel, oui ! Mais encore ? Pourquoi dit-on que sans elles, on perdrait 1/3 des fruits et légumes de notre assiette ?…
Pas de réponse…
Toujours pas ?!

On sait bien que vous le savez ! Mais au cas où, voilà une petite piqûre de rappel pour vous remémorer ce qu’est la pollinisation (et briller à votre prochain dîner) 😍

LA POLLINISATION, KESAKO ?

Action n°4 : utiliser des engrais naturels 🌱​

Avant d’utiliser des engrais, il faudrait s’assurer que nos graines aient bien germé, non ? 
Et pour vous accompagner dans la pousse de vos semis, on vous a dégoté un super tuto des twins d’ALMA Grown In Town, par ici (rendez-vous dans les stories épinglées « Tutos 🌱 » )

Les semis d’ALMA Grown in Town

Pesticides, insecticides, engrais ou encore désherbants sont les pires ennemis de la biodiversité. Ils polluent les nappes phréatiques et détruisent la petite faune. Stopper leur utilisation est un geste à fort impact ! Ici on ne parle pas simplement de l’usage des pesticides dans l’agriculture, on parle aussi de nos pratiques domestiques ! En 2014 “84 % des ménages ont utilisé des pesticides domestiques : des insecticides”

Alors on jette (oui, oui, on jette) tous les flacons, bouteilles et autres contenant d’engrais chimiques qui trainent dans les placards. ADIOS !

Heureusement depuis ce temps, les alternatives bien plus naturelles et moins coûteuses se sont largement développées. 

Anti-pucerons et autres insectes envahisseurs, pulvérisez un peu de savon noir mélangé à de l’eau tiède ou plantez des répulsifs naturels, comme la lavande (tiens, on en parlait plus haut). Et c’est tout !

Autre astuce : pour obtenir un engrais naturel, quoi de mieux que de fabriquer votre propre compost ? En maison comme en appartement, vous trouverez forcément une alternative qui vous convient entre le compost classique, le lombricompost ou le bokashi.
Fiou, vous voilà occupés pour un bon moment !

Action n°5 : soutenir les apiculteurs 🐝

Après les pesticides ravageurs, les retours de frelons asiatiques destructeurs, la vie d’apiculteur n’est pas de tout repos…
Heureusement, il existe des solutions pour leur donner un petit coup de pouce (ou un gros, à vous de voir) !
Les soutenir en apprenant ! Car c’est en apprenant que l’on peut agir et que l’on peut transmettre. Et c’est notre mission chez Happyculteur. Grâce à nos ateliers d’initiation à l’apiculture urbaine, nous accompagnons les citoyens à découvrir les abeilles de plus près, en plus d’assurer un soutien financier à nos apiculteurs partenaires.

  • Pour chaque atelier réservé, nous reversons 50% du prix à nos apiculteurs, pour les aider à mieux vivre de leur passion. 

Au programme, vous embarquerez à la découverte des ruches cachées de la capitale, et par la même occasion, vous goûterez du vrai, du bon miel !

Mathieu, l’un de nos apiculteurs partenaires pendant un atelier d’initiation

Action n°6 : consommer du miel, du vrai ​🍯​

Tiens, en parlant de miel !
La France consomme environ 40 000 tonnes de miel par an alors qu’elle en produit à peine 28 000 (chiffre de 2018 par ADA France)… 
La grande majorité du miel que nous retrouvons dans nos supermarchés est donc importé (⅔ environ en provenance de Chine et d’Europe de l’Est principalement) et très souvent frelaté et/ou dilué.

Attention, qui dit miel de Chine ou miel des Pays de l’est ne veut pas dire “mauvais miel”. Le miel de Roumanie par exemple, est très réputé. Le maître mot est la traçabilité. Plus elle est précise, plus vous vous assurerez d’acheter de “vrai” miel, et non des mélanges de miels et de sirop de sucre, car ils sont monnaies courantes (malheureusement…). 

Si vous n’avez pas d’autre choix que de vous fournir dans la grande distribution, voilà ce qu’il faut savoir pour s’assurer de consommer du “vrai” miel :

  • vérifier sa provenance ! Et pour cela, lisez l’étiquette à l’arrière du pot. Si vous trouvez la mention « mélange de miels en provenance de l’UE » ou « mélange de miels en provenance de l’UE et non UE », on repose le pot… Cette mention vous indique qu’il s’agit probablement de « faux » miel (mélange de miel et de sirop de sucre)​
Le miel de Niaouli de chez Miel Factory

Mais alors, où se fournir en miel ? Et surtout pendant le confinement ?
En privilégiant le miel issu de l’apiculture française, vous favorisez son développement et vous contribuez à la sauvegarde des abeilles en France ! D’une pierre, deux coups.
Il ne vous reste qu’à aller faire un tour dans les magasins en circuit court de votre ville, ou directement auprès des apiculteurs du coin (en respectant les mesures de sécurité évidemment).
Autre option pour les parisiens, rendez-vous sur Miel Factory (ils restent ouverts pendant le confinement et proposent la livraison !)  


​En bref, il faut considérer que protéger les abeilles ce n’est pas directement agir sur elles. La biodiversité représente l’interconnexion du vivant animal et végétal, donc agir sur un des deux favorise l’autre (logique !!!). Développer cette pensée systémique, même si les résultats de nos actions ne sont pas visibles, ouvre un champs des possibles immense. Dès lors, tout ce qui concerne l’agriculture naturelle, la permaculture, la consommation responsable, de saison contribue à la sauvegarde des abeilles et des pollinisateurs. 

Parce que que chaque action menée mise bout à bout, contribue à un grand tout qui façonne le monde de demain ✊🌿​

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *